Deuxième édition du Baromètre du bien-être (Ipsos / Link-Up)

Baromètre du bien-être

La deuxième édition du Baromètre du bien-être durable vient d’être publiée cette semaine par Link-Up (agence de conseil en stratégies d’adhésion) et Ipsos. L’étude mesure l’avis des Français sur la contribution des marques de produits et services au bien-être durable de la société.

Comme pour la première édition en 2013, cette année à nouveau le bien-être est perçu par les personnes interrogées comme « quelque chose qui dure dans le temps ».

Premier constat de ce deuxième baromètre : le rôle des marques (+6 points par rapport à 2013) et des entreprises (+5 points) dans la contribution du bien-être durable a significativement progressé aux yeux des Français et notamment de ceux compris dans la tranche d’âge 18-24 ans.

Parmi les secteurs, l’alimentation (59%) est toujours perçue comme le principal contributeur au bien-être, suivi de près par le secteur des loisirs (57% et +12), et devant les transports (52% et +7), les produits technologiques (52% et - 4) et les cosmétiques (52% et +2).

Par ailleurs, si les principes classiques de fiabilité et confiance demeurent les critères d’attachement aux marques par excellence, l’étude a permis de constater la progression de nouvelles exigences. En effet, les Français demandent aux marques d’intégrer des valeurs d’humanité (+8), attention (+7), cohérence (+6), respect (+5), sincérité (+5) et sympathie (+5).

Mais encore, en comparant les facteurs-clés d’adhésion aux marques à ceux relatifs à la marque préférée dans le secteur, les critères d’attachement sont :

-          Un contrôle sur la provenance des matières premières

-          Une attente d’information crédible et compréhensible

-          Une prise en compte des effets des produits sur la santé

En plus de ces critères centrés sur les consommateurs, s’ajoutent des conditions plus « altruistes » telles que le respect des salariés, la réduction de l’impact de l’activité sur l’environnement, la prise en compte des populations fournissant les matières premières, entre autres.

Enfin, quant aux facteurs de boycott des marques, 33% des Français tiennent compte du rapport qualité-prix tandis que 21% analysent les effets sur la santé et la transparence sur les composants/ingrédients des produits/services.

A suivre !

Pour en savoir plus sur l’étude : http://www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/actualites/2014-06-17-bien-etre-durable-francais-demandent-aux-marques-plus-vertu-et-d-empathie



Share |

Toutes les actualités